Electropixel #9 – du 25 au 27 juillet : Bruxelles

 

Electropixel #9 : Corps électroniques et morphologie abstraite du réel

Festival des cultures numériques émergentes et pratiques électroniques libres, Electropixel s’inscrit dans un réseau international de festivals d’arts électroniques. Il ouvre un espace singulier permettant de faire croiser artistes (audiovisuels, musiciens, plasticiens, intermédias, performeurs, etc.), théoriciens, programmeurs, bidouilleurs et inventeurs de tous bords et des fabriques du quotidien.

Toute la programmation ici !

BRUXELLES

Performance : Networked Orchestras
Jeudi 25 juillet à 19h au Labokube, prix libre

G.I.A.S.O – Great international audio streaming orchestra
OFFAL – Orchestra for females and/at laptops

Location : Labokube
Chaussée de Louvain 238, 1000 Brussels

BILLETERIE

*

Performance : Cinéma Organique
Vendredi 26 juillet à 20h30 au Labokube, 5€ en ligne, 6€ sur place

Phill Niblock / Katherine Liberovskaya

Solar Return

Harsh Noise Consortium
https://archive.org/details/HarshNoiseConsortiumEndOfOneV1Extract
– (images en mouvement)
https://www.facebook.com/formanexband/

BILLETERIE

*

Concert : Corps Electroniques Fantasmes
Samedi 27 juillet à 20h30 au Labokube, 5€ en ligne, 6€ sur place

Jenny Pickett – sensitive noise synth

Exoterrism – live coding experimental critical beats

Anthony Taillard – drone guitare et moteurs

Nordlys – modular synth break experimental electronic

TheNoiser – Harsh noise Symphonic

Roger Léa Ana – harpe, bidules et électroniques

Bruital Orgasm – bruit du monde, electroacoustique live
https://lemagasindeporcelaine.bandcamp.com/album/bruital-orgasme
Muqata’a – beats master downtempo from Ramallah

BILLETERIE

 

Plus d’info sur Electropixel.org

*

CORPS ELECTRONIQUES ET MORPHOLOGIE ABSTRAITE DU REEL

La question du corps électronique

Au coeur du monde contemporain et de ses problématiques, la question du corps et de son développement, son amélioration, son perfectionnement par le biais de l’électronique et du numérique pose de nombreuses questions à la fois aux penseurs, à l’ensemble de la société et aux artistes.
Quand nous formulons “corps électroniques” nous pensons de façon immédiate au cyborg et à l’augmentation des possibilités du corps par la technologie. Donna Haraway nous dit que “Le cyborg est un organisme cybernétique, hybride de machine et de vivant, créature de la réalité sociale comme personnage de roman”.
Il s’agirait donc à la fois d’une fiction mais aussi d’un rapport social et d’une façon de voir le vivant sous l’angle de la cybernétique. Nous pensons qu’il peut exister d’autres rapports entre corps et machine qui ne soient pas ceux de la cybernétique de Norbert Wiener mais peut-être une relation plus distanciée.
Nous ne sommes pas tous des cyborg en devenir, la relation à la machine reste toujours externalisée, le smartphone et l’ordinateur portable restent toujours les outils que nous utilisons : ils ne sont pas intégrés ou relié à notre corps. Cependant dans certains cas le lien se fait plus fort comme les puces intégrées sous la peau qui permettent d’envoyer un signal radio à une machine.
L’avenir semble incertain, les approches sont multiples et ouvertes à différents points de vue.